Edito

Mercredi 24 avril 3 24 /04 /Avr 00:08

imagesL'Assemblée nationale a adopté hier, mardi 23 avril, le texte de loi ouvrant le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels dans les mêmes termes que le Sénat. La loi est donc définitivement approuvée. Même s'il reste encore à attendre le jugement du Conseil constitutionnel saisi par les députés de l'opposition puis la promulgation du texte par le Président de la République, les premiers mariages, sauf surprise improbable, devraient pouvoir être célébrés à l'été. Devant ce vote historique qui fait de la France le 14ème pays du monde à légaliser le mariage homosexuel, il convient de fêter l'événement et de remercier celles et ceux qui ont rendu cette avancée majeure possible.


Au gouvernement et aux parlementaires qui ont voté le texte de loi : merci ! Merci d'avoir compris que, loin de vouloir renverser la société et ses valeurs, les homosexuels ne demandent rien d'autre que d'être des membres à part entière de la communauté nationale. Merci d'avoir affirmé que l'homosexualité n'est ni un vice, ni une anomalie, ni une monstruosité. Merci de reconnaître que les homosexuels ne sont pas des citoyens de seconde zone, qu'ils ont les mêmes devoirs et les mêmes droits que l'ensemble des Français et qu'ils méritent eux-aussi la protection de la République. Merci d'avoir accordé à l'amour homosexuel la même valeur, la même noblesse et la même respectabilité que celles dont bénéficie depuis des siècles l'amour hétérosexuel. 

 

A ceux qui n'ont pas voté le texte de loi : merci ! Merci d'avoir veillé à ce que les débats restent dignes et constructifs. Merci d'avoir conservé suffisamment de respect pour vos fonctions pour ne pas céder à la tentation des dérapages verbaux, des insultes et des provocations. Merci de nous avoir épargné ce spectacle pitoyable  que nous offrent parfois certaines Républiques bananières où les représentants du peuple, faute d'arguments, en viennent aux mains au coeur même de l'hémicycle. Merci d'avoir constamment et fermement condamné les amalgames entre homosexualité, pédophilie, inceste et zoophilie. Merci d'avoir dénoncé les violences homophobes, les prières organisées en pleine rue par quelques fondamentalistes, les atteintes à l'ordre perpétrées par des groupuscules extrêmistes. Merci, enfin, d'avoir courageusement refusé de défiler aux côtés de ceux qui ,bien qu'élus de la République, n'en acceptent pas les valeurs. Il aurait été si agréable, Mesdames et Messieurs les parlementaires de l'opposition, de vous adresser ces quelques lignes de remerciement si vous n'aviez pas délibérément pris le risque surréaliste de mettre le pays à feu et à sang pour empêcher à tout prix quelques uns de vos concitoyens d'être un peu plus heureux et pour tenter, sans réel succès, de faire oublier vos profondes divisions et votre absence effrayante de propositions pour le pays. 

 

Et comme, en France, tout se termine en chanson, je vous propose de fêter l'événement en nous délectant d'une oeuvre de Frigide BARJOT qui réclame en musique qu'on lui fasse l'amour avec deux doigts. Pourquoi deux me direz-vous ? Frigide, qui à l'époque, n'était pas encore touchée par la grâce divine et lisait plus volontiers le Kamasutra que les Saints Evangiles, répond en connaisseuse que "3 doigts, ça ne rentre pas, un seul ça ne le fait pas !". Ce sont des déclarations commes celles-ci qui fondent une crédibilité ! 

 

 

Pas sûr, toutefois, que ce soit le genre de chanson que Frigide entonne avec ses nouvelles copines à la sortie de la messe... 

 

Par osagay - Publié dans : Edito
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 février 3 06 /02 /Fév 00:06

lion-carrying-impalaPour Henri GUAINO, comme pour beaucoup d’opposants au mariage pour tous, l’union de deux personnes de même sexe est contre-nature.  La fameuse « loi naturelle »  dont certains se font les défenseurs intransigeants interdirait à un homme d’aimer un autre homme et à une femme d’aimer une autre femme.  Elle interdirait a fortiori aux homosexuels  d’avoir des enfants au nom du principe biologique  selon lequel tout enfant ne peut naître que d’un accouplement hétérosexuel. Ce concept de « loi naturelle » mérite réflexion. Car, voyez-vous, la loi naturelle est parfois badine ! Elle joue des tours, réserve des surprises, place elle-même des petits grains de sable dans l’engrenage bien huilé de la vie. C’est elle qui, par exemple, rend stériles certains couples hétérosexuels. Faudrait-il, au nom de la « loi naturelle »,  interdire à ces couples d’adopter des enfants ? C’est encore cette même « loi naturelle » qui permet à un père de famille de découvrir tardivement son homosexualité et de choisir de l’assumer pleinement.   Que dit alors la « loi naturelle » sur ses enfants ? Le jour où l’homme a commencé à bâtir des huttes  pour s’abriter du froid, le jour où il a commencé à cultiver ses légumes et à élever des animaux au lieu de se contenter de chasser et de vivre de cueillette,  le jour où il a commencé à croire en un Dieu unique au lieu de vénérer le soleil, les arbres et l’esprit de la terre,  il s’est  affranchi de la « loi naturelle ». L’homme n’est pas un animal seulement motivé par la satisfaction de ses besoins primaires vitaux et naturels : manger, boire, dormir, se reproduire. Il est doué de conscience. C’est grâce à cette conscience que l’homme, après bien des luttes, a inventé  la République et a choisi d’élire des députés plutôt que de se laisser gouverner par les plus forts ou les mieux armés. Toute société a été bâtie contre la « loi naturelle ». Notre société, au fil des siècles, n’a eu  de cesse de chercher à corriger et  à atténuer la violence, la brutalité, la barbarie de la « loi naturelle ».  Eriger le respect de la « loi naturelle » en dogme  de notre société, c’est avoir pour ambition de revenir à l’état sauvage.  C’est par cette loi naturelle que le lion mange la gazelle. La loi des hommes a été imaginée pour protéger la gazelle contre le lion, pour protéger le faible contre le fort et pour empêcher que les minorités ne soient opprimées par la majorité. Unir deux hommes ou deux femmes n’est pas plus « contre-nature » que d’empêcher les prêtres de se marier, de greffer un nouveau cœur à un malade ou de fabriquer des bouteilles en plastique…  L’homme ne choisit pas de naître homosexuel ou hétérosexuel, blanc ou noir, valide ou handicapé. Jadis si l’homme n’était pas né « du bon côté », la « loi naturelle » le contraignait à se cacher, à devenir esclave ou à mourir précocement.  C’est l’honneur et la dignité de la République d’avoir établi  comme fondement le principe d’égalité.  Un principe contre-nature ? Oui, naturellement ! 

Par osagay - Publié dans : Edito
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 4 février 1 04 /02 /Fév 00:56
Par osagay - Publié dans : Edito
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 8 octobre 1 08 /10 /Oct 00:57

apprenez-caniveauLe projet de loi ouvrant aux homosexuels le droit au mariage et à l'adoption était, nous le savions tous, de nature à déclencher un débat passionné dans le pays. Si seulement il pouvait ne pas se contenter d'être passionné et être aussi passionnant ! A défaut de cela, les opposants à l'égalité des droits, et parfois quelques partisans également, déploient des argumentaires indignes et trop souvent volontairement injurieux. Après les déclarations de Monseigneur BARBARIN, archevêque de Lyon, de François LEBEL, Maire du VIIIème arrondissement de Paris, et naturellement de l'inusable Christine BOUTIN, le débat sur le mariage homosexuel flirte avec une forme d'homophobie rampante et pernicieuse. A en juger par l'accumulation de ces déclarations, le mariage gay serait la porte ouverte à toutes les dérives : pédophilie, polygamie, inceste et j'en oublie... A-t-on perdu la raison ? Est-il possible qu'au XXIème siècle, des esprits pourtant éclairés puissent encore faire le parallèle entre l'union de deux adultes de même sexe, amoureux, consentants et les pratiques sexuelles criminelles entre un adulte et une personne, mineure ou non, contrainte, forcée et en position d'infériorité ? Les crimes pédophiles qui, faut-il le rappeler ?, sont dans la majorité des cas perpétrés au sein de la famille (la bonne vieille famille traditionnelle, hétérosexuelle, bien propre sur elle) ne risquent pas d'être un jour tolérés car ils sont, chacun le sait, une oeuvre de destruction physique et morale de l'enfant qui en est victime et qui doit vivre, trop souvent hélas dans le silence et l'isolement, avec cette souffrance à aucune autre comparable. La République a le devoir de protéger l'enfance et de lutter contre ceux qui la blessent, la maltraitent et la brisent.  Quel rapport peut-il bien y avoir entre cette abjection et l'amour entre deux hommes ou deux femmes majeurs, responsables et qui souhaitent simplement que leur couple sorte de la clandestinité ?

Quant au lien entre mariage homosexuel et polygamie, il prête carrément à sourire ! Non, Mesdames et Messieurs, les gays qui réclament le droit de se marier ne veulent pas et ne voudront jamais prendre plusieurs épouses ! Ils veulent juste un mari !

Que l'on ne s'y trompe pas : derrière ces arguments ridicules ou indécents, se cache en réalité un dégoût profond pour l'homosexualité. Sans le dire mais en l'apparentant à la pédophilie ou à la polygamie, on la classe dans la catégorie de l'immonde, de l'anormalité et de l'immoralité. On voudrait bien qu'elle n'existe pas ou, à la limite, qu'elle se restreigne à quelques cercles d'artistes marginaux dont on tolère les penchants eu égard à leur immense talent... Seulement voilà, les homosexuels n'ont pas choisi de l'être, ils ont, comme tout être humain, le droit au bonheur et au respect, ils n'ont pas tous un don artistique reconnu qui les rendrait délicieusement fréquentables dans les dîners en ville, ils ne sont pas des animaux, ni des pervers, ils sont des Hommes, de simples hommes, avec des défauts et des qualités parmi lesquelles figure un attachement à des valeurs morales aussi nobles que la liberté, l'égalité, la justice, la tolérance; valeurs qui, si je ne m'abuse, sont le fondement même de NOTRE République !

Une remarque pour finir, à l'intention des professionnels de la polémique :  on ne peut pas ne pas salir ses chaussures à force de marcher dans le caniveau... 

Par osagay - Publié dans : Edito
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 septembre 3 05 /09 /Sep 00:59

b11fa892J'avais déjà eu l'occasion d'évoquer la tribune infâme écrite par Falk VAN GAVER et Jacques DE GILLEBON pour le site des Nouvelles de France et d'y apporter une réponse (lire ICI). Les deux auteurs remettent ça dans un texte intitulé Le bûcher des homophobes  publié le 4 septembre 2012.

 

Devinez un peu ! Cette fois-ci, ils jouent les victimes. Selon eux, leur liberté de penser et de s'exprimer serait gravement remise en cause parce que plusieurs sites et de nombreux homosexuels (et hétérosexuels) ont osé considérer que leurs écrits étaient révoltants ! Un comble ! Non mais vraiment ! Ce n'est pas croyable ! Dans quel monde vit-on si on n'a même plus le droit de traiter les gays de sectaires, de signes avant coureurs de toutes les catastrophes, de les considérer comme socialement inutiles et peut-être même nuisibles ? Nos deux compères qui s'autoproclament chevaliers blancs de la parole vraie contre "la pudibonderie ambiante" nous refont le coup classique du "je veux bien t'agresser à condition que tu ne rendes pas les coups". Effectivement, dans une démocratie la parole est libre et c'est une chance. Mais la liberté de penser n'est pas et n'a jamais été la liberté d'insulter. Le droit d'expression n'est pas et n'a jamais été le droit de clouer au pilori des hommes et des femmes au motif qu'ils sont différents. La liberté d'opinion n'est pas et n'a jamais été la liberté de discrimination.

 

Tout en précisant qu'ils ne veulent blesser personne (sic), VAN GAVER et GUILLEBON affirment dès la première phrase de leur nouveau déchet littéraire : "L'homosexualité est un désordre: un désordre mental, comportemental, moral, social, un désordre sentimental, un désordre amoureux". La psychiatrie verrait sans doute là une forme de schizophrénie mais les deux auteurs ne semblent pas troublés par leurs propres contradictions révélatrices d'une opinion fondée non sur le raisonnement mais sur une peur viscérale de ce qu'ils ne comprennent pas. Ils enfoncent même le clou en prétendant qu'on ne saurait les accuser d'homophobie puisqu'ils ont eux-mêmes des amis homosexuels (on souhaite, en passant, bien du courage à leurs amis homosexuels). La démonstration est donc faite ... ou presque ! Il est vrai que nous vivons à une époque où certaines estiment qu'aimer manger du couscous suffit à les prémunir de toute accusation de racisme... Ne serait-ce pas là le degré zéro de l'argumentation ?

 

Naturellement, les deux héros de l'hétérosexualité intransigeante s'abritent derrière ce qu'ils pensent être le message de l'Eglise et vont jusqu'à citer le Christ ! Permettez-moi d'ouvrir ici une parenthèse sur le sujet ! De plus en plus de catholiques ne se reconnaissent pas dans l'Eglise telle que VAN GAVER et GUILLEBON la dépeignent ou la rêvent. A cette Eglise qui condamne, qui jette l'anathème, qui exclut à défaut d'excommunier, de nombreux catholiques de tous les âges et de tous les milieux préfèrent croire en une Eglise tolérante qui va à la rencontre de l'autre quel qu'il soit, qui ouvre ses bras et son coeur. Ceux-ci m'ont toujours paru plus proches du message du Christ que les autres... Fin de la parenthèse.

 

Pour terminer leur diatribe, Falk et Jacques (qu'ils me pardonnent cette familiarité mais ils me sont si sympathiques) réclament à leurs détracteurs des arguments de nature à prouver le caractère éroné de leur théorie ! Il suffirait qu'ils se relisent pour découvrir les trésors d'erreurs, de contradictions, de fantaisies délirantes et paranoïaques  que leurs écrits recèlent. Mais ce serait pousser  ces messieurs à faire preuve de recul et d'esprit critique... il ne faut quand même pas trop  en demander ! Ils veulent des arguments ? Je n'en citerai qu'un, le plus puissant, le seul qui soit compréhensible par tout être humain : L'AMOUR ! Il n'est ni scientifique ni rationnel. Il est pourtant au coeur de toute vie. Il est multiple et divers : l'Amour d'un homme pour une femme, l'Amour qui unit deux hommes ou deux femmes, l'Amour d'un père ou d'une mère pour ses enfants, l'Amour que l'on éprouve pour ses vrais amis, et même l'Amour du Créateur pour ses créatures...  Aucun être qui a eu  un jour le bonheur d'aimer et d'être aimé ne peut condamner une seule de ces formes d'Amour sans se renier lui-même, sans bafouer son humanité, sans insulter sa propre existence. C'est au nom de cet Amour, que le combat de Messieurs VAN GAVER et GUILLEBON est perdu d'avance. C'est au nom de cet Amour qu'ils sont de plus en plus seuls dans leur vision rétrograde et haineuse. C'est cet Amour qui finira tôt ou tard par triompher de tous les obstacles, de toutes les peurs et de toutes les bêtises. L'Amour pour seule réponse à la violence, voilà peut-être un message qu'ils sont en mesure d'entendre ou bien personne ne peut plus rien pour eux. Alors ami(e)s homosexuel(lle)s : aimez-vous ! De toutes vos forces ! Et vous, amis hétérosexuels,  laissez nous nous aimer ! 


Par osagay - Publié dans : Edito
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : 22/08/2012
  • Le blog de osagay
  • : Le blog aux aguets
  • Contact

Lieux gays

Osagay a besoin de vous  pour compléter son annuaire des lieux gays. Si vous souhaitez faire connaître une boîte, un bar, un lieu de drague, contactez moi en cliquant

ICI.

Merci de bien indiquer dans vos messages, le nom de l'établissement, son adresse, son activité (bar, sauna, boîte...) et éventuellement l'adresse de son site internet.

Merci  ! 

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés